Seoul, partie 2 : Jogyesa, Ganghwamun, Cheonggyecheon, Yeouinaru, Hongdae


Temple Jogyesa :

 

Il fait toujours 30°C pour ce second jour de visite à Séoul mais cela ne nous atteint plus !

Direction le temple Jogyesa 조계사 à pied. Ce temple tient son importance par le rôle fondamental qu’il a joué pour le bouddhisme en Corée du Sud. Il est le lieu des plus grandes cérémonies bouddhistes du pays, telles que celle du festival des lanternes rappelant l’anniversaire de la naissance de Bouddha en mai. Nous arrivons à la fin des festivités mais les lanternes sont toujours accrochées. Nous profitons pour déposer un souhait sur l’arbre à voeux.

C’est un très beau temple à ne pas rater.

 

Le temple Jogyesa avec les trois statues du Bouddha

 

Gangwhamun Square :

Après ce passage reposant au temple, nous marchons en direction de Gwanghwamun Square.

On aurait pu faire le chemin par métro mais nous avons comme philosophique que découvrir la ville à pied laisse place à plus de découvertes inattendues et puis, partager le trottoir avec les Séoulites n’a pas de prix. Sur l’avenue historique nous menant au Gwanghwamun Square, nous avons été abordées par deux collégiennes qui interrogaient les touristes sur les raisons de leur venue en Corée et leurs ressentis pour un devoir d’école. Pour avoir accepté de les aider, elles nous ont généreusement offert des sucettes et de beaux sourires !

Tout aussi chaleureux que celui du roi Sejong le Grand, grand roi coréen célèbre pour avoir conçu le hangeul, l’alphabet coréen. Le roi Sejong est donc une figure très importante en Corée du Sud, des statues et le billet de 10 000 Wons sont à son effigie, des institutions (universités, centres culturels…) portent son nom.

 

Le roi Sejong le Grand (1397-1450)

 

Cheonggyecheon :

Nous décidons de continuer tout droit (à la manière de Dory) et nous arrivons au début de Cheonggyecheon 청계천.

Ce cours d’eau aménagé apporte une touche de nature et de calme dans l’effervescence de la capitale. Une coupure bienvenue et agréable pour faire trempette pour se rafraîchir. Les passerelles en pierre, l’aménagement de mini-cascades, les poissons (si, si, il y en a et certains sont assez gros !) renforcent le caractère naturel de cette rivière urbaine.

 

Cheonggyecheon, l’instant nature parmi les buildings

 

Yeouinaru Hangang Park :

 

Vue sur le fleuve Han

Après une pause bien méritée, on file au parc de Yeouinaru Hangang près du fleuve Han, traversant la capitale. On voulait un peu de fraîcheur et nous n’étions pas les seules. Nous nous sommes rendues comptes que les Coréen.ne.s s’étaient installé.e.s pour y passer une après-midi tranquille en famille et/ou entre amis. De quoi avoir un aperçu du quotidien des Séoulites. On a surtout remarqué qu’ils étaient équipés niveau matériel de camping : presque chaque groupe possédait une tente, des chaises… sans compter les boissons pour rafraîchir les gorges ! Tout comme Paris a ses bateaux-mouches, Séoul propose des mini-croisières sur le fleuve Han qui avaient l’air d’être chouettes. À tester la prochaine fois !

 

 

Le parc de Yeouinaru Hangang

 

Vue sur le fleuve Han

Hongdae :

On n’a pas résisté à l’envie d’aller jeter un rapide coup d’oeil au quartier d’Hongdae malgré la fatigue. Il fera l’objet d’une visite approfondie la prochaine fois.

 

Une rue du quartier d’Hongdae

 

Et pour finir cette longue mais excitante journée, nous avons mangé le meilleur Bibimbap jusqu’à maintenant dans un restaurant d’Insadong, le daechangmaru. Notre estomac était aux anges !

 

Tout ça pour seulement 9000 Wons + resservie deux fois en kimchi.
Et c’était délicieux !

 

Adan on dot soley 😉 

 

 

 

 

 

 

 

Seoul, partie 1 : Bukchon, Namsan Park, Myeongdong, Insadong

 

Bukchon Hanok Village :

 

Hanok

Levées très (trop) tôt, nous nous sommes rendues au Bukchon Hanok Village( 북촌한옥마을) avant que le lieu ne soit envahi de touristes. Il s’agit d’un village composé de hanok, les maisons traditionnelles coréennes, dans lesquelles vivaient des familles nobles. Dans ce village, on peut trouver des cafés, des magasins de souvenirs ainsi que des boutiques louant les hanbok, le costume traditionnel coréen afin de se promener dans les allées du Bukchon Village et éventuellement, dans les palais royaux à proximité. Les prix de location varient selon la maison mais il faut compter en général 10 000 Wons pour une heure de promenade en hanbok.

Bukchon Village

Namsangol Hanok Village :

On reste dans les villages traditionnels et on visite également celui du Namsangol (남산골한옥마을) où cinq hanok ont été rénovées. Pour la plupart d’entre elles, ces maisons ont été récupérées sur d’anciens sites originels afin de les rassembler en cet endroit plutôt moderne de Séoul.

Ce village met à l’honneur les traditions coréennes en proposant des activités telles que la cérémonie du thé, porter un hanbok, découvrir des jeux traditionnels, des démonstrations de Taekwondo etc… À l’entrée, la boutique du village propose de nombreux objets originaux et mignons rappelant la Corée.

Namsangol, hanok #1

 

Namsangol Park :

Le bol d’air de relaxation est venu avec la visite du Namsangol Park.

Jouxtant le village traditionnel, ce petit écrin de verdure niché dans la jungle urbaine séoulite offre un bain de détente non négligeable. Sans compter que les petites brises de vent étaient les bienvenues puisqu’elles atténuaient un peu la chaleur écrasante de la capitale.

Idéal pour une petite méditation…

 

Au loin, la Namsan Tower, lieu prisé des amoureux et des fans de dramas, se profile.

 

La Namsan Tower se dressant telle une star.

Après s’être bien repues d’un Korean Fried Chicken digne de ce nom, place à la plongée à Myeongdong, quartier des tortures. Pourquoi ? Tout simplement parce que les accros au shopping ne sauront pas où donner de la tête.

Ce quartier est idéal si on veut se ravitailler en cosmétiques coréens (de quoi se réjouir des prix avantageux pratiqués sur les masques de beauté lorsqu’on connaît ceux pratiqués en France) ou en chaussettes mignonnes, et autres accessoires sympas. Difficile de résister à la tentation quand tout est beau, pas cher et attractif …

Pour ma part, j’ai craqué pour un ventilateur portable par nécessité : malmenée les premières heures par la chaleur lourde et étouffante de Séoul, l’armada de mon remède spécial chaleur se compose désormais de Brumisateur et de ce ventilateur pas très cher et terriblement efficace.

Ventilateur Lapinator X-3000

Insadong :

La journée s’achève dans la surprise que nous réserve le quartier de Insadong (인사동).

Quartier des artistes selon moi, les ruelles offrent des petits trésors dont notre préféré reste le Ssamzigil, une sorte de galerie d’objets artisanaux sur trois étages mettant l’art et le talent à l’honneur. C’est l’endroit idéal pour trouver des cadeaux originaux. C’est un quartier que nous avons littéralement adoré : étant tombées par hasard au détour d’une rue à première vue paisible, nous avons été charmées par l’atmosphère de ce quartier lumineux.

Notre coup de coeur est Ssamzigil (쌈지길) un complexe qui met à l’honneur l’art sous toutes ses formes, que ce soit le street-art omniprésent sur les murs du bâtiment ou dans les bijoux, porte-clefs, accessoires crées par des artisans.

Ssamzigil, Insadong

Pour résumer, cette première journée à Séoul, était riche en découvertes entre patrimoine et créativité artistique qui s’achève.

La suite de nos aventures au prochain article et comme on dit chez nous, adan on dot soley 😉

Les Sistarang au rapport

L’arrivée en Corée du Sud

Temple Daegaksa

Après un vol tranquille de onze heures sur la compagnie Asiana Airlines, nous arrivons enfin à l’aéroport international d’Incheon. Passer l’immigration et récupérer les valises a été un jeu d’enfant et le tout s’est déroulé en une vingtaine de minutes pas plus. Nous avons pris plus de temps à avoir notre bus qui devait nous déposer à une station pas très loin de notre hôtel. Environ une heure trente de route et nous quittons Incheon pour Seoul ! La ville apparait déjà trépidante de vie et d’activités.

L’hôtel que nous avons choisi – Hostel Tommy – bénéficie d’une très bonne situation géographique car il est situé dans le quartier de Jongno. Nous n’avons qu’à marcher deux minutes pour apercevoir le Changdeokgung 창덕궁-  le palais de la prospérité.

Une fois les valises posées, nous n’hésitons pas à ressortir pour découvrir les alentours. Nous tombons par hasard, au détour d’une ruelle, le temple bouddhique Daegaksa construit en 1911 par son concepteur qui a été un participant actif du mouvement pour l’Indépendance.

Nous rentrons à l’hôtel car le décalage horaire se fait cruellement ressentir.

À bientôt 😉

Avant le départ

 

J-1 avant le départ.

L’excitation a déjà commencé à faire son apparition depuis quelques semaines déjà.

L’attente du visa – obtenu en une semaine – mêlée à la peur d’oublier quelque chose crée un sacré cocktail émotionnel. Parfois enthousiastes, parfois stressées, nous nous laissons porter dans ce roller-coaster fou, voguant entre les démarches administratives et les derniers préparatifs.

Pour obtenir le visa du PVT, c’est très simple. Il suffit d’être en possession de tous les documents exigés par l’ambassade (ici) et d’attendre quelques jours (de 5 à 10 jours grand maximum) avant de récupérer son passeport. Concernant les autres démarches, comme nous viv(i)ons  encore chez nos parents, nous n’avons pas eu à résilier des contrats d’assurances habitation, téléphone etc… On a simplement prévu notre banque, les impôts… de ce long séjour pour éviter des soucis ultérieurs. Côté santé, on a profité de faire un bilan de santé auprès de la Sécurité sociale, résultat : nous sommes en bonne santé !

Le plus difficile reste les adieux.

Dire au revoir à nos proches, famille, ami.e.s, collègues, voisins, connaissances… n’est pas une chose facile et les yeux se remplissent naturellement tant l’émotion submerge. C’est à ce moment que l’on réalise la chance que nous avons d’être entourées de personnes qui tiennent à nous et que nous chérissons tendrement. Tant d’amour nous étreint d’émotions et nous partons avec le sourire, gonflées d’espoir et de courage, soutenues par tout le monde !

Il ne nous reste plus qu’à se rendre à l’aéroport et l’aventure commencera réellement.

À très bientôt !

 

O & A

 

Présentation

 

 

 

 » L’impulsion du voyage est l’un des plus encourageants symtômes de la vie « 

(Agnès Repplier)

 

Aloha tout le monde !

Qui se cache derrière SistaRang ?

Deux soeurs – Olivia et Aloïse – passionnées par la Corée du Sud depuis sept ans maintenant.

 

Conquises par le kimchibibimbap, kimbap et cie, nos papilles réclamaient davantage de découvertes culinaires. Mélomanes et dramavores, on souhaite découvrir tous les aspects de la culture coréenne, si différente de la culture française.

Notre projet ?

Parcourir le pays du Matin calme et en tester (toutes) les spécialités culinaires. Parcourir de nouveaux paysages et mettre en valeur la richesse du monde qui nous entoure. Outre l’objectif de ravir nos estomacs, l’idée est également de profiter d’une immersion totale en Corée du sud afin de s’enrichir d’une nouvelle culture. Afin de réaliser ce projet sororel, nous avons décidé de partir en PVT (Programme Vacances-Travail).

Pourquoi ce blog ?

Parce qu’on veut partager un bout de cette aventure, nos découvertes culinaires, nos passions coréennes et donner envie à d’autres de se jeter à l’eau.

À très bientôt !

Deux soeurs en PVT à la découverte de Busan